Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LUBIESABEL

Alisabel contre le "jetable"

 

Alisabel : 1/ Sopalin : 0

 

Alisabel : 1/ Coton à démaquiller : exterminé !!!

 

la petite salle de bains dans la prairie est équipée de carrés à démaquiller lavables 100% recup.

Alisabel:1/ bougies chauffe plat : virées !!! voir ici


Et il y en a qui vont encore plus loin ici

 

 

128  idées pour jouer sans jouets : les mamans de ce blog ont fait une liste participative ici

 

 

 

POUR M'ECRIRE
c'est là


  Merci de relire le communiqué Yourte Attack ici 

 

En ce moment Alisabel teste :

 

le shampooing au savon noir

 

le "no diaper women" (depuis 1 an) 


Tous les tests d'Alisabel depuis la naissance du blog

sont

 


  Tout savoir sur les yourtes, c'est là :

Les brèves de la prairie :

 

Une chèvre enceinte

2 poules qui couvent

ça sent le renouveau :-)


J'ai pris mon premier cours

de tronçonneuse

 

ça travaille dur dans la future prairie

encore besoin de journées de 48 h

pour pouvoir tout faire..

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Des livres qui parlent de ce dont je parle

 

" Accoucher en sécurité" Sophie Gamelin-Lavois  édition vivez soleil 

 

"L'hygiène naturelle de l'enfant " Sandrine Monrocher Zaffarano , la vie sans couches, éditions Jouvence

 

" Sans couches , c'est la liberté" Ingrid Bauer,  éditions Instant Present , un trés bon livre si vous voulez pratiquer l'HNI .

 

"L'hygiène naturelle infantile " Carine Phung éditions souffle d'or.

 

"Le Concept CONTINUUM" Jean Leidloff , éditions ambre ; Attention ça secoue ...

 

"Apprendre à lire en famille" Marlène Martin éditions instant présent

 

" les 5 dimensions de la sexualité féminine" Danièle Starenkyj editions Orion

 

 

 


 


 

 
Bienvenue sur Biboudavril
vous êtes invités à prendre ici ce qui vous plait, et à laisser le reste
Attention : blogueuse chroniquement débordée !!!
Tous les commentaires sont lus et appréciés

Je parviens, chaque année au mois d'août, à vider ma boite mail.

Si vous attendez une réponse, elle devrait bientôt arriver


*****************************************************************************************************
IL Y A DEPANURGISEE(S) SUR CE BLOG





ET TOUJOURS ...

Le Biboudemars et la Biboudavril
ont grandi sans couches

Plus d'infos sur l'Hygiène Naturelle Infantile.


 
 



LEXIQUE DES MOTS UTILES POUR COMPRENDRE CE BLOG

 

DEPANURGISATION :

 

 

Neologisme cazaletien.référence au célebre mouton de Panurge , qui fait ce que fait le troupeau sans se poser plus de questions.

 

Action de se nettoyer le cerveau des idées reçues et convictions qui ne nous seraient pas personnelles .

 

nettoyants recommandés : le doute , l'esprit critique , l'information .

 

Certes nous ne sommes pas des moutons , mais nous subissons tout de meme des pressions visant à nous y assimiler. La dépanurgisation est donc à effectuer de façon régulière , en cure plusieurs fois par an.

 

"capillo- tracté" :façon hexagonale et trés snob de dire tiré par les cheveux . J'adore :-))


 

"apanivore"

neologisme inspiré de " capillo tracté"
signifie "ça ne mange pas de pain".

"SNU"
: ou SNUG, Syndrome du Neurone Unique de Grossesse.
Affection particulièrement comique et un peu handicapante
qui touche les femmes durant leur grossesse et un peu après.
En gros c'est quand les hormones amènent du vent dans le
cerveau ...

"Petite maison dans la prairietesque":
expression ironique visant à qualifier ce qui relève
d'un mode de vie proche de celui de Caroline Ingalls, ou du moins de
l'idée que l'on s'en fait.
 

 

 

 

 


30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 23:30

J'ai voulu, en témoignant durant bientôt 6 ans, montrer qu'en tant que parent  il est bénéfique d'apprendreà  se faire confiance, à écouter son instinct et son enfant, et se laisser guider par la nature et le bon sens.  En retour j'ai reçu de nombreux messages de parents que mes écrits ont aidé à cheminer vers un autre mode de relation à leur enfant, voire un mode de vie différent. J'espère que cette fois aussi, mon message saura toucher certaines et certains d'entre vous. Merci de ne voir dans le texte qui va suivre aucun jugement personnel. 

 

Après 6 ans à vous bassiner (et je choisis mes mots) avec l'élevage de bibous sans couches, élevés sous la mère, garanti sans poussette/doudou/lit à barreaux , je crois avoir assez parlé des avantages immédiats et incontestables pour l'enfant de ce mode de maternage au plus proche de notre nature.

 

Par extension j'ai aussi évoqué à de nombreuse

s reprises les démarches de logique écologique et de simplicité volontaire dans lequelles s'inscrivent ces pratiques  code-barre.jpg

 

2012, la grande crise est là , avec régulèrement de nouveaux scandales sanitaires ou arnaques industrielles découverts, il est temps d'aborder tous ces thèmes sous un autre angle : celui de l'autonomie.

Pas celle des enfants, la nôtre , celle des parents. 

 

 

 

 

Autrefois nous vivions de façon solidaire, les habitats étaient groupés, les générations cohabitaient, dans un partage le plus souvent équilibré des tâches et travaux quotidiens.

Dans nos sociétés traditionnelles, les femmes travaillaient en gardant leurs enfants près d'eux, avec l'appui des autres femmes de leur groupe quand cela était nécessaire. L'allaitement était la norme, les substituts difficiles à trouver. Dans de larges parties du monde les couches et langes étaient inconnus, les bébés mangeait à peu de choses près la même chose que leurs parents.

 

Puis le "progrès" est arrivé, l'industrialisation aussi, et en moins de cent ans tout a changé.

Nos économies se sont basées sur une croissance que l'on rêvait aussi infinie qu' indispensable.

Notre société nous a amenés graduellement à devenir de plus en plus rentables économiquement parlant, quand je dis "nous" , je parle de vous et moi, des êtres humains.

 

Maintenant nous vivons ensemble, mais isolés, dans des villes, coupés du support de la famille étendue. Le quotidien, pour bien des parents, consiste à consacrer la plus grande partie de son temps (1) à exercer une activité rémunérée, qu'elle soit gratifiante ou non du point de vue personnel.

 


equipement-bebe-tentation-consumerisme-L-1.jpeg

Les bons soins maternels ne pouvant plus être prodigués en temps réel, ils sont remplacés par toute une batterie de produits de grande consommation, qui représente au vu des 830 000 naissances annuelles françaises (pour ne parler que de ce pays) un marché colossal de 990 millions d'euros (2) : biberons, couches, doudous, laits artificiels, tétines, attache têtines, stérilisateurs, transats... la liste est trop longue pour moi. 

 

 

Par une communication subtile, manipulatrice, répétée, et dangereusement efficace, menée dès le berceau en ce qui concerne ma génération,  mais aussi grâce à de honteux lobbying , des multinationales richissimes sont parvenues :

 

 

1) à nous faire inverser dans notre schéma mental, le produit de premier choix et son substitut (je parle de l'allaitement maternel, proposé comme une alternative non indispensable au biberon ),

 

2 ) à nous faire croire qu' utilisant massivement des produits vantés pour leurs qualités, nous faisons le meilleur choix pour notre enfant, alors que c'est factuellement faux  (la liste est longue : vaccins toxiques, couches jetables irritantes, biberons au BPA, yaourts aux hormones de croissance, produits sucrés etc.... )

 

 

erytheme.gif

C'est ainsi qu' en quelques générations seulement , nous avons mis des trésors aussi précieux que la santé et le futur de nos enfants, entre les mains de grands groupes industriels.

 

Pour quel bénéfice ? Celui des actionnaires,ok on sait.  Et le nôtre ?

Non, parce que vous n'avez pas cru qu'à 990 M€ c'était uniquement du bien de l'humanité dont on se souciait, n'est ce pas ?

 

Qu'ont gagné les parents en abandonnant la production autonome de tous ces bienfaits ?

La liberté nous dit on, celle notamment d'aller travailler plus pour gagner plus ( je ricane tout de suite ou on attend la fin de l'article ?)

Travail qui servira donc à payer cette quantité de substituts , et tous les besoins corollaires que leur utilisation engendre : médicaments, matériel additionnel, compléments alimentaires etc.... Toutes choses que notre mode de vie, et la publicité déloyale des industriels, nous ont rendus indispensables.

 

Là où nos grands médias (tirant leurs revenus, je le rappelle , de tous ces groupes industriels) , et nos féministes version Badinter  (qui ne recherche que le bonheur des femmes, et des copieux dividendes (3)) nous vendent de la "liberté", j'ai beau retourner la question dans tous les sens, je ne vois qu'un asservissement :

 

- dépendance pour nourrir son enfant : aller acheter des boites de lait hors de prix + de l'eau + des biberons + etc... plutôt que de soulever son tee shirt... la même réflexion vaut pour les couches jetables, les petits pots et autres produits d'alimentation infantile, et la puériculture;

 

- asservissement financier : ça revient à combien en 2012 tout ça ? En 2007 j'avais estimé l'économie réalisée par le maternage et l'hni à 1800 € sur 1 an, on m'avait dit que j'étais loin du compte....convertissez ça en heures de travail, vous verrez  quel est le coùt de cette pseudo liberté que l'on nous vend.

 

- non sécurité de l'approvisionnement : mes nénés, sauf accident, seront toujours là. Si demain un nouveau virus foudroyant décime les troupeaux de vaches européennes (4), quelle seraient les conséquences pour les bébés et jeunes enfants ? Et un blocus routier de plusieurs semaines ?

 

 

En conclusion, allaiter votre bambin, lui faire manger vos bons petits plats équilibrés, et lui permettre de vivre sans couches, ce n'est pas seulement lui donner le meilleur lait, la meilleure nourriture, et la meilleure hygiène pour ses fesses.

 

C'est aussi faire de lui, et de vous, autre chose qu'un consommateur asservi : un être beaucoup plus libre dans un monde un peu plus propre.

 

Alors si on changeait de paradigme?

 

 

 A l'heure où notre futur et surtout celui des nos enfants semble bien sombre, entre destruction environnementale; maladies dues à la pollution, réduction de nos droits et libertés, menaces sur notre droit à une vie digne (5)

 

Il est temps de se prendre en charge, et d'amorcer un changement par une autre consommation , une moindre consommation, plus respectueuse de l'humain et de la planète.


298864_299947143350505_218263484852205_1235443_1364022466_n.jpg


Notre consommation est un pouvoir, a nous de l'utiliser à bon escient.

Il n'appartient qu'à nous de sortir du piège, organisons nous.... 

 

 

 

Et pour être tout à fait cohérente avec mes choix de vie et mes écrits, je tiens à dire que cet article a été écrit  sur un vieux pc fatigué, préalablement laissé 30 minutes au frigo (pourri aussi) dans l'espoir d'éviter sa surchauffe. Authentique.

 

 

 

 

 

  (1)  je vous conseille chaudement ce film : http://www.youtube.com/watch?v=e6NbIiRlTN8

(2) source  http://mariannedamit.blogspot.com/2009/03/le-marche-de-la-puericulture-en-2008.html

(3) un éclairage financier sur les propos de la mère Badinter, en toute innocence : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7135

(4) hypothèse hautement probable, on est pas passés loin de cette catastrophe avec l'encéphalite spongiforme bovine.

(5) petit condensé de vidéos qui vont vous informer : http://acampadamontpellier.blogspot.com/p/videotheque-indignee.html

Partager cet article

Published by Alisabel, de plus en plus libre - dans biboudavril
commenter cet article

commentaires

julie 10/03/2012


flute un arret maladie ... esperons que ce soit juste le moyen de retrouver un bon rythme ! (mais c'est rageant quand même de se dire qu'en prenant soin de son alimentation et de son
environnemment , ça ne suffit pas a garder la santé avec ce travail de fou  )

noé 13/03/2012


bonjour et merci pour cet article qui tombe a pic dans mes reflexions du moment. je suis passée un peu par toutes les phases, de baba cool pré-ado qui pressent les choses sans les
intellectualiser, a jeune adulte qui sur intellectualise, a jeune maman qui commence a mettre du sens sur tout ce vrac de pensées, a maman de trois enfants et femme qui murit...passée par toutes
les phases du "si tout le monde fisait quelque chose individuellement, ca serait bien", à "de toute facon c est foutu et ca ne changerait rien..."...et aujourd hui, en creusant, en cherchant, en
ecoutant les besoins profonds de chacun des membres de notre famille, nos en venons a nous dire comme beaucoup d'aprés les commentaires que j'ai pu lire ici, que nous sommes tous envieux de
sortir de tout ca, de faire autrement, mais qu'en étant seuls, les evenements nus conduisent parfois loin des idéaux. comme tu les dis toi meme, il est grand temps de se federer, de se grouper,
de s'organiser, de monter des projets de groupe, de ne pas avoir peur d'avancer sur des voies qui semblent si fragiles et incertaines...plus le temps passe et plus nous sentons comme un besoin
pressant de nous rapprocher d'un groupe, de nous souder, de nous entre-aider, de recréer cette tribu qui manque ant a chacun de nous. nous sommes en pleines recherches et en debut de projet qui
devrait nous mener dans les deux ans a venir vers une vie non pas en communauté (vive l'autonomie) mais en collaboration etroite avc d'autres gens. nous pensons integrer un eco-village ou créer
nous meme un porjet a moindre echelle ressemblant des personnes qui ont les memes buts, mais cela nous concerne nous. a une autre echelle, et c est le but de ce message deja bien trop long, je
voudrais dire a tout le monde qu'il n'est pas si difficile de federer des choses. quand on va en courses, sonner chez les deux voisins les plus proches por savoir q'ils ont besoin de quelque
chose en passant. proposer a des voisins d'achetter ensemble une tondeuse, des graines de potager a partager...faire des gateaux et aller les proposer a ses voisins, demander a une maman de
l'ecole des enfants qi elle serait interressée pour se garder mutuellement les enfants en cas de soucis ou d'envie, organiser dans son quartier un troc annuel, un repas de quartier par
trimestre...mettre de coté ce qui noius differencie pour penser d'abord a ce qui nous resseble et nous fait nous ressembler. Certes on se sent extre-tarrestre, mais il n y a pas que des
differences, et dans la plupart des cas, si des initiatives infimes mais sympathiques sont lancées spontanement par quelqu'un, il se peut bien que d'autres suivent et que ca finisse par prendre
de l'ampleur. si 5 fois de suite on va sonner chez le voisin pour savoir s'il a besoin de quelque chose, il se peut que la sixieme fois, ce soit lui qui vienne nous demander si on a besoin de
quelque chose...meme s'il ne vte pas au meme parti, meme s'il n'eleve pas ses enfants de la meme maniere, meme si ce n'est pas un ecolo averti..y a quelque chose a tirer de chacun, sans ettre la
pression, sans l'officialiser....il faut agir ensemble par dela ce qui nous separe et peut etre, peut etre...que ca ira bien !?

Erika 14/03/2012


je découvre et j'adhère à 200%.... Nous aussi on se sent extra terrestre, nous avons souvent, trop souvent, le sentiment de vivre à contrecourant. Et c'est dur de vivre "hors système", l'humain
au centre, dans un monde où tout est contraire... Mais bon, c'est nous, on est comme cela, alors on continue :)

Tom et Jerry 05/04/2012


A mon sens, personne n'est "extra-terrestre". Nous sommes de plus en plus nombreux à surfer sur ce courant d'attitudes. Nous devons élargir notre esprit et le sortir du carcan qu'on nous impose
comme incontournable : consommer pour être heureux.
De nouveaux comportements apparaissent. Voyez simplement les SEL et le rapport nouveau à la valeur de l'argent, du travail et de la personne qu'ils impliquent.
"Quand on pense qu'il suffirait qu'on ne l'achète plus pour plus qu'ils nous le vendent" est toujours d'actualité.
Ici, nous sommes en cours de création d'une nouvelle médecinee et d'une nouvelle prise en charge de l'individu calquée sur le système des AMAP.
Contrairement à ce que l'on a tendance à penser, on ne doit pas subir le monde, mais le créer.
Alors, merci à tous les extra-terrestres de la Terre.

Lady M 17/07/2012


Bonjour,


En fait, les vieux PC consomment beaucoup plus que les récents, de même pour les vieux frigos. (là ou l'on s'y retrouve plus ou moins est qu'il est toujours très couteux de recycler ce genre de
matos, le même problème se pose avec les voitures.)


Pour laisser les couches, cela dépend beaucoup trop du bébé pour que cela puisse être une généralité envisageable. A l'époque de mes arrières grands parents, les vetements enfants n'avaient pas
la même forme (des sortes de robes pour les deux sexes permettaient au bébé qui court dans le jardin d'engraisser les pissenlits sans trop se salir). Les langes existent depuis très longtemps
ceci mis à part. C'est une des constances que l'on retrouve dans toutes les civilisations humaines vivant sous des lattitudes avec une saison froide. (Tout comme les systèmes de protections
périodiques diverses, ou de sous-vetements ayant pour but de soutenir la poitrine). Autant je ne vois pas de problèmes à laisser gambader les petits diables à moitié nus dans la verte à la saison
clémente, autant en hiver les langes, ad minima, c'est quand même bien pratique. Et, d'expérience, ça participe un peu de l'apprentissage (parce que les fesses mouillées, personne n'aime en
dehors des heures de baignade).


Pour l'allaitement, tout dépend de la mère: la nature est très inégale. Ce pourquoi le métier de nourrice existait, avant l'arrivée du lait maternisé. Je suis tombé une fois sur un bouquin du
XIXe qui expliquait comment installer la chèvre sur la table de la cuisine pour pouvoir nourir bébé: logique, certaines mères n'avaient pas les sous pour payer à leur enfant le service d'une
nourrice, mais n'avaient pas pour autant suffisament de lait. Il y a eu beaucoup de variations dans le discours médical ces 40 dernières années (allez savoir comment la mère de ma meilleure amie
s'est retrouvée avec un médecin qui l'a forcée à allaiter alors qu'elle n'avait pas assez de lait - ce qui met en danger la santé de l'enfant qui ne peut pas manger à sa faim, entre nous: donc
c'est grave -- alors que la mienne, à un an d'intervale s'est vu presque moquée par le sien parce qu'elle voulait allaiter, qu'il lui a donné des conseils débiles (genre de sevrer le bébé à 6
mois) le tout faisant qu'un allaitement qui se passait super bien est devenu une catastrophe aussi pire que celui de celle qui n'avait pas assez de lait (bin oui, trop de lait qui reste dans les
seins car bébé seuvré n'importe quand = douleur = n'importe quoi, bref.) Les conseils en la matière ne sont toujours pas au point cela dit, le tout allaitement n'étant pas un meilleur plan que le
conseil biberon à tout va. Mais bon, un jour l'avis, le bien être et les possibilités physiques de la mère seront égallement prises en compte. Un jour...


Pour ma part, avec tout ce que j'ai pu voir autour de moi j'ai décidé que ce serait mixte: allaitement le jour et bib la nuit, avec lait obtenu au tire lait dans l'idéal (afin de permettre au
papa de gouter lui aussi aux joies du lever a point d'heures... Non, plus pragmatiquement parce que je pense qu'il est bénéfique pour l'enfant d'être nourri dès son plus jeune age aussi par son
père.) - Mais c'est un idéal. Il y a souvent des différences entre ce que l'on souhaite dans l'idéal et ce que l'on arrive à obtenir, surtout avec les bb.


Au revoir,


Lady M.