Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LUBIESABEL

Alisabel contre le "jetable"

 

Alisabel : 1/ Sopalin : 0

 

Alisabel : 1/ Coton à démaquiller : exterminé !!!

 

la petite salle de bains dans la prairie est équipée de carrés à démaquiller lavables 100% recup.

Alisabel:1/ bougies chauffe plat : virées !!! voir ici


Et il y en a qui vont encore plus loin ici

 

 

128  idées pour jouer sans jouets : les mamans de ce blog ont fait une liste participative ici

 

 

 

POUR M'ECRIRE
c'est là


  Merci de relire le communiqué Yourte Attack ici 

 

En ce moment Alisabel teste :

 

le shampooing au savon noir

 

le "no diaper women" (depuis 1 an) 


Tous les tests d'Alisabel depuis la naissance du blog

sont

 


  Tout savoir sur les yourtes, c'est là :

Les brèves de la prairie :

 

Une chèvre enceinte

2 poules qui couvent

ça sent le renouveau :-)


J'ai pris mon premier cours

de tronçonneuse

 

ça travaille dur dans la future prairie

encore besoin de journées de 48 h

pour pouvoir tout faire..

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Des livres qui parlent de ce dont je parle

 

" Accoucher en sécurité" Sophie Gamelin-Lavois  édition vivez soleil 

 

"L'hygiène naturelle de l'enfant " Sandrine Monrocher Zaffarano , la vie sans couches, éditions Jouvence

 

" Sans couches , c'est la liberté" Ingrid Bauer,  éditions Instant Present , un trés bon livre si vous voulez pratiquer l'HNI .

 

"L'hygiène naturelle infantile " Carine Phung éditions souffle d'or.

 

"Le Concept CONTINUUM" Jean Leidloff , éditions ambre ; Attention ça secoue ...

 

"Apprendre à lire en famille" Marlène Martin éditions instant présent

 

" les 5 dimensions de la sexualité féminine" Danièle Starenkyj editions Orion

 

 

 


 


 

 
Bienvenue sur Biboudavril
vous êtes invités à prendre ici ce qui vous plait, et à laisser le reste
Attention : blogueuse chroniquement débordée !!!
Tous les commentaires sont lus et appréciés

Je parviens, chaque année au mois d'août, à vider ma boite mail.

Si vous attendez une réponse, elle devrait bientôt arriver


*****************************************************************************************************
IL Y A DEPANURGISEE(S) SUR CE BLOG





ET TOUJOURS ...

Le Biboudemars et la Biboudavril
ont grandi sans couches

Plus d'infos sur l'Hygiène Naturelle Infantile.


 
 



LEXIQUE DES MOTS UTILES POUR COMPRENDRE CE BLOG

 

DEPANURGISATION :

 

 

Neologisme cazaletien.référence au célebre mouton de Panurge , qui fait ce que fait le troupeau sans se poser plus de questions.

 

Action de se nettoyer le cerveau des idées reçues et convictions qui ne nous seraient pas personnelles .

 

nettoyants recommandés : le doute , l'esprit critique , l'information .

 

Certes nous ne sommes pas des moutons , mais nous subissons tout de meme des pressions visant à nous y assimiler. La dépanurgisation est donc à effectuer de façon régulière , en cure plusieurs fois par an.

 

"capillo- tracté" :façon hexagonale et trés snob de dire tiré par les cheveux . J'adore :-))


 

"apanivore"

neologisme inspiré de " capillo tracté"
signifie "ça ne mange pas de pain".

"SNU"
: ou SNUG, Syndrome du Neurone Unique de Grossesse.
Affection particulièrement comique et un peu handicapante
qui touche les femmes durant leur grossesse et un peu après.
En gros c'est quand les hormones amènent du vent dans le
cerveau ...

"Petite maison dans la prairietesque":
expression ironique visant à qualifier ce qui relève
d'un mode de vie proche de celui de Caroline Ingalls, ou du moins de
l'idée que l'on s'en fait.
 

 

 

 

 


3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 16:33
Ou comment un grossesse physiquement éprouvante peut faire voler en éclats les résolutions d'une convaincue de l'économie des ressources.

Un bain chaque nuit depuis 3 mois :

Voire même deux les nuits les plus douloureuses.

Il y a de nombreux mois maintenant  que j'ai pris conscience de la rareté présente et  future de l'eau potable dans le monde, et dans ma région en particulier.
En accord avec ma démarche de décroissance,  j'avais résolu de remplacer ma douche quotidienne par une toilette ne consommant que la contenance d'une cuvette d'eau chaude  ( si! si! Essayez, c'est possible!), soit  4 litres.  Je gardais un bain hebdomadaire, dont l'eau était ensuite envoyée via une pompe dans ma cuve de récupération. Elle servait ensuite pour le jardin.
Cette cuve est pleine depuis longtemps, et de toutes façon je n'ai pas jardiné de tout l'hiver. Donc chaque nuit ce sont environ 180 litres d'eau qui repartent dans les égouts, hormis les quelques litres que j'aurais pu réemployer pour arroser les plantes, laver le sol ou faire tremper du linge.

 Prendre un bain chaud me procure au minimum une heure d'un sommeil précieux, car c'est le moyen le plus efficace de faire cesser ces contractions. J'essaie de m'en passer, mais chaque nuit la douleur et la fatigue me font céder.
Quelqu'un veut s'amuser à calculer  combien d'années d'économies rigoureuses il me faudra pour  compenser cette surconsommation ???


9 stères de bois

C'est ce qu'il a fallu que je commande au total comme bois de chauffage pour cette saison, au lieu des 3 ou 4 nécessaires habituellement   Bien sûr nous avons eu un hiver particulièrement froid et gris, et  ma maison a beau être bioclimatique et bien conçue, le solaire passif sans soleil, ça marche beaucoup moins bien !
Mais le temps pourri n'explique qu'une partie de ce surplus de consommation. En vérité le manque de sommeil et  les contractions douloureuses ont généré chez moi un intense besoin chaleur. Même si à présent le redoux est là , j'ai encore besoin de venir me ressourcer devant un bon feu la nuit quand j'ai mal. Je ne chauffe plus la journée, mais dès que la nuit est tombée j'ai besoin de ma flambée. Je n'exclus d'ailleurs pas cette fois ci encore d'accoucher devant les flammes.

Bien sûr le bois est encore le moyen le moins polluant de se chauffer, mais si tout le monde consommait autant de bois que moi, il faudrait recouvrir la planète de forêts pour fournir tout le monde !!




Alors voilà, je le dis haut et fort, cette grossesse aura fait de moi un contre exemple total en matière de gestion des ressources.

Mais que Dame Nature me pardonne, plus qu' un mois de galère et je redeviendrais aussi économe que par le passé .

Si vous voulez vous donner une idée du nombre de planètes nécessaires si chacun sur terre vivait comme vous, je vous propose un petit jeu ICI .
Attention c'est tout en anglais, et comme c'est calculé à la base sur un mode vie américanisé, vous partez déja avec un handicap ! Mon conseil : choisisser plutôt l'australie, ça fait moins mal ....

Un autre logiciel de test pas mal fait, en français, est proposé sur le site de l'ADEME;  celui ci concerne l'empreinte carbone. A faire aussi c'est intéressant....

Bises à tout le monde.


Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 10:26
Avec la mère Alisabel dans le rôle de la mule ...

Fatiguée, anémiée, diminuée, en retard dans son travail, et maintenant en panne de voiture ! N'en jetez plus la coupe de la pauvre fille est pleine !!!!

Il devient de plus en plus compliqué de faire face à toutes mes tâches, sans oublier de m'occuper de biboudemars n°1, et de préserver biboudemars n°2.
J'anticipe donc d'une dizaine de jours sur mon congé maternité.

La boutique sera fermée jeudi 5  au soir. Les commandes passées d'ici là seront honorées, en principe dans les délais habituels.
Réouverture prévue en mai avec la collection de printemps.
Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 15:00
 Contrairement à ce que notre mode de vie petite maison dans la prairietesque pourrait laisser croire, nous ne vivons pas exactement à la campagne. Même si parfois on s'y croirait : le biboudemars est plus habitué aux chemins caillouteux qui bordent la rivière en bas de chez nous qu'aux sols goudronnés de la ville.
Ayant la chance d'habiter tout près donc,d'une rivière bien préservée, et d'un lac bordé de vignes, de garrigues et de bois,  nous profitons tous les jours ou presque de cet avantage.  Foin des loisirs payants ou nécessitant un voiture, jeter des cailloux dans l'eau suffit à rendre le biboudemars heureux, et sa maman aussi.

Malgré les injonctions de prudence et de repos qui me sont faites, je n'hésite jamais à retourner prendre l'air et le vert avec mon petit bout quand je me sens assez en forme pour ça. C'est à dire une ou deux fois par sem
aine, rarement plus.
Pour le super héros à chaque fois c'est la fête : il court , explore, joue avec l'eau, lance des cailloux , ramasse des petits trésors...
Et moi je refais le plein de soleil et recharge mes batteries, Je n'ai pas constaté que marcher me don
nait davantage de contractions, au contraire l'air frais aurait plutôt tendance à les calmer .

Et généralement, pendant que le biboudemars tape la causette avec les poneys, je me choisis un coin herbeux pour me poser, sachant dores et déja que je vais avoir du mal à me relever.
Puis avec toute la grâce et l'élégance dont je suis capable avec ma silhouette ventrue, je me relève avec la légereté d'un pachyderme boulimique, juste à temps pour apercevoir mon biboudemars qui se tire dans les vignes.

Parce qu'il faut bien le dire : pour un biboudemars de pas encore toizans, le sevrage de la ballade quotidienne est rude
. Avec son énergie légendaire, à peine lâché dans la nature, le voilà qui se carapatte. Et parfois pour de bon !
N'écoutant que son plaisir de courir à nouveau sous les arbres, peu importe que sa grosse mère n'arrive pas à le suivre et s'époumone à le rappeler. Certains jours l'appel est trop grand, et on touche dans ces cas là aux limites de sa bonne volonté.
Pauvre petit biboudemars privé de grand air, je ne peux vraiment pas lui en vouloir ... Il aime tellement ces promenades! Et il  est encore trop petit pour réaliser que quand il s'échappe,  son cétacé de mère fait des efforts désespérés pour le suivre avec sa lourde et douloureuse bedaine, s'inquiète, se fatigue... et souffre. Il m'a fallu 24 heures pour me remettre de notre dernière escapade.


Plus que quelques semaines et nous serons trois à nous promener sous les arbres. Enfin délestée, le nouveau bébé lové contre moi je pourrais à nouveau marcher à un rythme compatible avec les besoins du super héros. Encore 6 semaines....

D'ici là si l'une ou l'un d'entre vous se propose d'aller le promener au bord de l'eau, ce sera oui ! et avec plaisir ...



Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 05:04
On m'a souvent demandé si je poursuivais mon régime cru durant la grossesse.


La grossesse n'empêche pas la poursuite de ce mode  d'alimentation, bien au contraire, puisqu'il  contribue à protéger l'enfant en developpement des toxines de l'alimentation cuite, et en plus procure à la future mère l'énergie dont elle a besoin pour mener à bien sa grossesse.
Je ne voyais donc aucune raison d'interrompre ce régime qui me convient si bien d'habitude.

Voilà pour la théorie.

Dans la pratique, et bien mon régime cru a pris dès les premieres semaines de grossesse de sacrées claques, dont il peine encore à se remettre.
Tout a commencé avec des pulsions alimentaires tout à fait loufoques qui pouvaient me prendr
e à nimporte quel moment. J'avais décidé d'y céder , me disant que je ne devais pas interdire à mon corps de me signaler un besoin nouveau. Alors là ça a été du grand nimporte quoi : des pâtisseries, des charcuteries, de la viande, des bonbons ou des sodas.... Tout un tas de trucs auxquels je ne touche pourtant jamais.
J'ai touché le fond un après midi à 18h  avec la blanquette de veau de la cafèt d'IKEA. J'ai encore la nausée lorsque j'y repense. Cet épisode gastronomique (hum) a mis fin définitivement à mes pulsions alimentaires.

Avec le recul je considère le fait d'avoir cédé à ces pulsions comme une navrante erreur stratégique : quand on a un bébé en chantier, un biboudemars encore allaité et doté d'une énergie phénoménale, plus un travail et une maison à tenir, le bon sens voudrait que l'on ne s'encombre pas l'organisme de toutes ces saletés.
Bilan : j'ai tout de même passé les 4 premiers mois de cette grossesse avec autant d'énergie qu'une palourde trop cuite.
J'ai pourtant amorcé une reprise en main assez rapidement, vers 2 mois et demi de grossesse je crois.
Mais ma bonne volonté s'est heurtée à un autre obstacle de taille : vous avez vu les prix des légumes bios cet automne ???? Totalement inabordables pour mon budget dans ma consommation habituelle, j'ai dû me rabattre durant quelques semaines sur des basiques bon marché, utilisés tous les soirs pour faire une grande soupe pour toute la famile. Je gardais bien sûr les autres repas en tout cru .

Mais la soupe tous les soirs ça va 5 minutes...
Je me suis donc tournée vers les fruits et légumes non bios au bout de quelques semaines, ne prenant en bio que ce qui était relativement abordable. Du point de vue des toxines c'est moyen, mais l'appel du cru était trop fort , j'avais besoin de fraicheur.
Je n'ai pas écouté les conseils dietétiques destinés à protéger le foetus de la listéria et de la toxoplasmose. J'ai continué à manger du fromage au lait cru, du poisson cru, mariné ou pas, et même des sushis. J'ai fait confiance à mon instinct, pensant que si un aliment que je consommais souvent était contaminé, je le sentirais.


Au jour d'aujoudhui les écarts à mon régime sont encore nombreux, mais globalement selon les jours je mange entre 60 % et 100% cru.
Je continue les bains dérivatifs pour nous nettoyer, bébé et moi, tout en douceur, des toxines alimentaires et des médicaments .

A ce jour je crois vraiment que le régime cru me procure l'énergie dont j'ai besoin pour venir à bout de mes journées, et de mes nuits, en dormant  aussi peu. Attention je ne pète pas le feu, loin de là, mais je résiste plutôt bien à la privation de sommeil (sur les dernières 48h je n'ai pas dépassé les 5 h de dodo) .
Bon, évidemment ça ne m'empêche pas d'avoir des hallucinations, comme des paniers enflammés sur une étagère, ou quelqu'un en  tee shirt étendu sur ma terrasse, mais rien de trop grave (pour l'instant !!).


Reste que dans  6 semaines j'accouche ( si ! si ! pas une de plus), et que je tiens à être en forme pour cet évenement, et pour les jours qui suivront.

Alors il est temps d'arrêter les écarts et de me reme
ttre à 100 % que du bon pour moi;

On verra si je m'y tiens....

Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 22:52
Merci à toutes et tous de vos commentaires encourageants et de vos mails d'empathie !

Globalement ça va un peu mieux, le spastruc et le sale-machin semblent commencer à faire effet puisqu'il m'arrive à présent de passer des nuits presques normales, avec des périodes de 3 h de sommeil ininterrompu. Et je peux vous dire que quand ça se produit, c'est Noel !!!
Je commence à avoir des hallucinations à force de manquer de sommeil, et mon état ne m'a pas encore permis de commencer les séances de chant prénatal qui me font tellement envie.
Malgré un ventre de plus en plus gros et lourd, mon poids  reste stable, ce qui veut donc dire qu'en fait je maigris.
Je suis très déçue : je ne vais donc pas exploser mon record de + 18 kg  établi à ma dernière grossesse. Pour une fois je vais être presque dans les normes ! pffffffffff ....

Je suis très entourée et aidée, des amis sont venus me soulager de quelques travaux,  des copines m'ont fait des courses, une maman d'hiver est venue veiller sur moi durant quelques jours .
Grâce à elles et eux, mon moral va mieux, et j'ai bien avancé dans mes préparatifs pour la venue du bébé.

Encore 6 semaines à tenir comme ça .... Et que viennent des pustules à qui me dira que je vais dépasser le terme !!!

bises à tout le monde.



Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 02:59
ça arrive même au plus têtues : il y a 4 jours de ça, elle a pris un rendez vous en urgence dans une maternité pour se faire prescrire les médicaments qui peuvent arrêter les contractions. Il faut dire qu'elle a tout essayé dans ce qui était à sa portée : massages, homéopathie, acupuncture, autosuggestion etc.. . Mais (plus) rien ne semble à même de convaincre son corps de se comporter convenablement avec le bébé qu'il abrite.
La voici donc qui débarque dans une consultation gynécologique d'une maternité, pour demander, voire même supplier qu'on la soulage. La gynéco au vu de la situation et de l'état de la patiente qui se trouve devant elle sans avoir dormi ou presque de 48 heures, décide tout de suite d'une hospitalisation.
"Nom de nom!" se dit la propriétaire de l'utérus contestataire," je me suis jetée dans la gueule du loup". Armée de toute sa force de conviction, elle tente de négocier : on essaie d'abord un traitement à la maison avec du repos et si ça ne va pas c'est promis, juré, craché, je reviens !!
"Ok"répond le loup, c'est à dire la sympathique gynéco qui l'a reçue, et qui cherche seulement à bien faire son travail. "On va faire des examens pour vérifier certains éléments, puis on voit."
C'est ainsi qu'elle part pour une demi journée d'hospitalisation, avec un protocole comprenant des prélèvements et injections variés, un monitoring, et une prise en charge serrée par une sage femme. C'est son jour de chance néanmoins : la sage femme est un amour, elle est au courant de son projet d'accouchement à domicile et ne fait aucune difficulté sur le sujet. Les résultats des prélèvements sont impeccables, le monitoring parfait (pas une seule contraction de tout l'examen, c'était bien la première fois qu'elle disait à son utérus qu'elle l'aimait !!), du coup elle échappe au reste du protocole et peut partir avec une ordonnance.
Elle a eu chaud !

La voici néanmoins à absorber des médicaments dont elle connait les méfaits pour les avoir déja subis 15 ans plus tôt.  Les effets indésirables mettront 4 jours à s'estomper, durant ce temps elle a l'impression soit d'étouffer soit que son coeur lui veut à mort.  Au bout de 4 jours elle peut dire que ce traitement est d'une efficacité toute relative, puisqu'elle se retrouve encore à 4h20 du matin en train de blogguer plutôt que de dormir. Mais elle a moins mal. Et elle s'accroche.

Elle doit tenir encore 7 semaines avec le bébé au chaud. 7 semaines c'est une éternité dans ces conditions. Heureusement elle est bien entourée : les copines, les amis sont là et donnent des coups de mains, pour qu'elle puisse prendre le plus de repos possible.

En attendant, le bébé grandit et grossit bien, sa maman essaie de nettoyer leurs deux corps de toute cette chimie par tous les moyens qu'elle connait, et elle cessera le traitement dans un mois pour permettre à son organisme de se remettre, et de se préparer sans perturbations au grand jour, et à ceux qui suivront.


Dormez bien, vous qui le pouvez




Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 15:41
Comme l'indique le titre de cet article, attendez vous à ce que ce blog prenne une tournure trés nombriliste dans les prochaines semaines .
Pour autant je ne suis pas (encore) complètement autocentrée , j'arrive encore à m'indigner en lisant les infos ou à m'émouvoir sincèrement pour une qui est arrivée au bout de sa route, et les siens. 
Mais rapidement les vicissitudes de cette éprouvante grossesse me ramènent direct dans ce qui est pour moi le vif du sujet pour encore 2 mois.

Deux mois parce que voyez vous, après ma dernière consultation, ma sage femme et moi même avons convenu qu'il y avait peu de chances pour que ce bébé ci s'attarde jusqu'en Avril. J'accoucherais trés certainement fin mars vers 37 semaines comme d'hab. Ce sera donc encore probablement un biboudemars, et quelqu'un peut il me dire ce que j'avais foutu de mes neurones le jour où j'ai baptisé ce blog ??????




J'ai franchement du mal à atterrir depuis le début de l'année, le manque de sommeil perturbe considérablement ma perception du temps, et je vous parle même pas de ma productivité. En gros j'ai l'impression d'être passée directement du premier trimestre avec sa fatigue... au troisième avec sa lourdeur. Et j'ai réalisé il y a peu que biboudemars n°1 allait  vers ses toizans. Mais où est passé tout ce temps ??


Il me reste donc ces deux mois. C'est trés court pour mon besoin de nidification surmultiplié, avec en plus un biboudemars et une collection de printemps à préparer.  Mais c'est tout de même long quand on trimballe douloureusement une enclume,  et que le repos nocturne n'est plus qu'un lointain souvenir ...

Ma liste des choses à faire avant la naissance n'a pas beaucoup réduit. Je me sens trés diminuée dans mes capacités physiques, et je dois faire attention à ménager mon ventre et mon col.
Je ne sors plus de chez moi que pour l'indispensable ravitaillement et pour expédier mes commandes. Mais j'ai toujours de la tisane au chaud pour qui passe me voir, et j'accepte volontiers tous les coups de main qui se présentent.

Heureusement, et je vous en parle bientôt, mon monstrueux et tyrannique biboudemars en pleine crise des deux ans, s'est mué en un tendre bambin tout gentil, qui réclame juste des calins, des chansons, des pâtes avec de la sauce tomate maison, et des films sur le tgv (sa nouvelle passion) .

J'en suis à 48h de contractions quasi non stop, aujourdhui il faut que je reste couchée.  Pour fêter ça je vous mets une petite photo.


Repost 0
Published by Alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 14:49
Une societé qui pourrait m'imprimer ce blog depuis son début sous forme de livre, avec les photos et tout et tout ... Et, soyons fous, sur papier recyclé tant qu'à faire.
 Je n'ai pas le temps de le faire moi même, OB ayant interdit les aspirateurs de blog, il faut se taper les sauvegardes page après page, et en ce moment j'ai d'autres chats à fouetter.

Si vous avez une piste , en France ou à l'etranger, ce serai gentil de me le faire savoir.

Merci tout plein.


Edit du 1er Février :

je ne cherche pas à faire éditer ce blog en librairie
(pourquoi faire ?) mais juste à en avoir une sauvegarde version papier, tant qu'à faire sous la forme d'un joli livre, qui servira de souvenir familial, accessible même lorsque j'aurais tout bazardé et que je vivrais comme une sauvage dans ma roulotte asino-tractée... Merci de vos liens, je vais voir ce qui me demandera le moins de travail.
Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 07:06
Marcel continue encore et toujours à frapper fort, y compris dans le cabinet d'échographie que je fréquente. Je parle du célèbre et inénarrable Marcel RUFO, pédo-psychiatre de son état, spécialisé dans les troubles de l'adolescence, mais qui la ramène tout de même sur d'autres sujets, notamment la petite enfance.

Ce pauvre Marcel, donc, nous a pondu un autre petit bijou de son cru pour mettre en garde les parents contre la présence des enfants lors de l'échographie du bébé à venir.
 Et le bougre n'y va pas avec le dos de la cuillère puisqu'il brandit dans son texte l'épouvantail de l'inceste, arme fatale s'il en est, qu'il ne rechigne jamais à utiliser pour faire passer ses idées.
Je ne reprendrais pas ici les propos brillamment commentés et analysés par Pascale
Juste pour rappel il s'agit du psy qui a estimé que l'allaitement ne devait pas durer au déla de 3 mois, et qui déclarait signaler comme abus sexuel tout allaitement au dela de 2 ans. Pas net le type, n'est ce pas ?

Il y a beaucoup à dire sur la vision étriquée et déformée  qu'a le bonhomme, et surtout sur sa crédibilité : ce type est consultant chez un grand fabricant de lait infantile et ne s'en cache pas. Lui demander son avis sur l'allaitement revient à demander au pdg de Total des conseils pour cesser d'utiliser sa voiture. Qu'on le sollicite pour l'ouvrir sur ce sujet me laisse pantoise. Mais qu'en plus il accepte , ça me renverse !!
Si j'avais mauvais esprit, (je dis bien si !) j'irais peut être jusqu'à suggérer que le psy en question prépare dès aujourdhui, par des avis et des recommandations abscons, le remplissage de sa salle d'attente de demain...

Soyons clairs : inviter un biboudemars en pleine forme à une écho de contrôle ne serait pas l'idée du siècle. Mais pour autant  ce n'est pas le cas de tous les enfants, loin de là. Et il me semble que les parents sont à même de juger si leurs enfants sont aptes à vivre avec eux ce
moment privilégié.Leur choix me parait souverain dans cette affaire là.

Que des médecins échographes souhaient préserver leur conditions de travail, et par là leur nécessaire concentration dans l'exercice de leur fonction,je ne le conteste pas. Mais autant annoncer la couleur tout de suite et demander à ce que les enfants trop remuants soient laissés ailleurs.

Par contre revendiquer comme justification à ce besoin les théories capillo tractées d'un pauvre gars tracassé par l'inceste, fut il célèbre, me parait totalement déplacé. Et soit dit en passant, à 120€ l'écho morpho,  l'entièreté de la décision des parents dans ce domaine devrait être comprise dans le prix !

Quoiqu'il en soit à mon retour de la dernière écho, j'avais négligemment laissé trainer sur la table basse les photos de l'écho. Le biboudemars n'a pas manqué de les examiner de son regard incestueux (hou ! pas bien !), et fasciné de découvrir le visage de son futur frère ou soeur, m'a appelée pour me faire part de ses impressions : " bébé ; bébé, petit ". Là c'est sûr, il est traumatisé le pauvre gosse !!!



Faites vous votre idée : 


 Par le célèbre pédopsychiatre Marcel Rufo.
 
A mes yeux, l'échographie est le premier instrument du malheur dans une vie d'aîné.
   
 Si jusqu'àlors, il pouvait toujours espérer que sa mère ne soit pas enceinte, maintenant qu'il en a la preuve, il est en proie à l'inquiétude, voire au désarroi!
 
 A cet égard, les enfants qui vivent les situations les plus perturbantes sont ceux qui sont conviés à assister à l'examen échographique de leur mère. Cette initiative touche à l'impudeur car la grossesse appartient à la mère et, pour moi, la participation physique de l'enfant à cet acte médical peut être interprétée comme incestueuse.
 
 Elle peut aussi placer les parents dans une position délicate si l'échographie révèle une anomalie: que dire à l'enfant qui assiste à l'examen? que faire? l'écarter précipitamment? quelle que soit la décision, son anxiété sera considérable.
 
 Les enfants lors de l'examen échographique expriment souvent leur trouble: ils sont grimaçants, leurs propos traduisent l'impression de laideur qu'ils éprouvent face à ce spectacle.
 
 Ils ressentent presque tous une certaine horreur à voir l'intérieur du ventre de leur mère, là d'où ils viennent.
 
  De ce fait, la présence des enfants lors de l'échographie de leur mère n'est pas souhaitable.

Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 03:46
Je dois bien finir par l'admettre : depuis 5 jours le traitement homéo qui avait si bien soulagé mes contractions nocturnes a cessé de faire effet.
Comme il y a 3 ans, je me retrouve empêchée de dormir toute la nuit durant, les fichues contractions ne me laissant en paix que trés tôt le matin.
Alors comme il y a 3 ans, je cesse de tenter de dormir à tout prix. Finis les bains chauds, les tisanes, les multiples coussins pour tenter de trouver une position supportable pour somnoler. Au contraire dès que le phénomène s'annonce, c'est à dire un peu avant minuit, je me fais un thé et je m'active. Il y a 3 ans j'ai fait une foule de choses durant ces nuits solitaires où le sommeil m'était refusé : poncé des meubles à la main, fait des couches, préparé des kilos de gâteaux pour les charpentiers qui construisaient ma maison, et bloggué bien sûr, beaucoup .....

Mais il y a 3 ans j'étais en arrêt de travail, et mon bébé était âgé de ...12 ans et se passait trés bien de moi la journée!

Aujourdhui j'ai une boutique à faire tourner (voilà ce que c'est que d'être à son compte !) et un biboudemars à gérer en plus dans la journée. Alors je vais faire comment ? Et bien il y a toute une organisation à revoir :

tout d'abord travailler de nuit et abattre le plus de boulot possible, de manière à pouvoir saisir chaque occasion de me reposer un peu durant la journée.
Cesser d'inciter le biboudemars à se coucher tôt le soir, au contraire plus il veillera le soir, plus j'aurais des chances de pouvoir dormir le matin.
Dans la journée lui proposer une sieste, que je partagerais avec lui.
Débrancher les téléphones, et avertir mon entourage que toute personne qui oserait me déranger avant 11h du matin risquerait sa peau !!
Réduire au maximum mes activités à la mairie, mon énergie devant être consacrée aux enfants et à mon travail.
Ne plus prendre aucun rendez vous ni engagement le matin. Ma seule vie sociale possible sera désormais en fin d'après midi. 
Prendre soin de moi : veiller à avoir toujours du frais pour mes repas crus, me faire des massages, m'allonger le plus possible dans la journée.  La pratique des bains dérivatifs, que j'ai reprise et intensifiée depuis la fin de ma fièvre, a rendu les contractions beaucoup moins douloureuses. Et du coup l'inflammation chronique que je ressentais a disparu. C'est toujours ça de pris !
Accepter de l'aide si elle m'est proposée.

Bien entendu une telle inversion des rythmes biologiques n'est pas sans conséquence sur les rythmes du bébé à naitre. Il y a 3 ans j'ai vécu la nuit et j'ai mis au monde ... un oiseau de nuit. Je cours  le risque qu'avec le spécimen actuellement en chantier, j'en reprenne pour 3 ans de galère avec un enfant qui est en pleine forme dès que la nuit tombe... Hélas je n'ai pas vraiment le choix.


Avec tout ça je vais avoir plus de temps pour venir écrire sur ce blog, ça tombe bien j'avais justement des choses à raconter. Lui aussi va avoir bientôt 3 ans ...


4 h 30 du matin, le biboudemars a déclaré forfait.

Repost 0
Published by alisabel - dans biboudavril
commenter cet article

Articles Récents